Derniers articles

Nul ne peut me nuire !

Nous pensons souvent, à tort, qu’il est dans le pouvoir de l’autre de nous atteindre, de nous nuire, de nous causer même des pertes financières. Nous sommes persuadés que la réussite de l’autre se fait parfois sur notre dos, à notre détriment. Nous sommes convaincus également que la parnassa, la subsistance, est le résultat direct de causes extérieures, comme l’illustre […]

La lèpre du 21ème Siècle !

  La paracha de Tazri’a est celle des néga’im (plaies). Nous savons tous que ces plaies, tellement répandues à l’époque de la Torah, ont disparues de nos jours. Elles ne se manifestent plus. Par conséquent, que signifient-elles pour nous au 21ème siècle ? Quel enseignement pouvons-nous en tirer aujourd’hui ? Ces néga’im, nous dit la […]

Le statut du porc à la fin des temps

Les signes de pureté des animaux autorisés par la Torah sont au nombre de deux: « ma’alé guéra » (ruminant) et « mafriss parssa » (ayant le sabot fendu). Un animal qui ne possède qu’un seul de ces deux signes n’est pas apte à la consommation, et il est tamé (impur). Les méfarchim (commentaires) voient ici une allusion très […]

L'afikomane ou l'amour de D. envers Son peuple

Dans la paracha de Bo, la Torah nous parle du moment où les Bné Israël sont sortis d’Egypte, et où ils ont pris avec eux une pâte qui n’a pas eu le temps de lever, et qu’ils ont enveloppé dans un tissu. Le soir du Séder, il y a une matsa que l’on coupe en […]

La symbolique de la matsa

Lors du Séder de Pessah, nous avons l’obligation de manger de la matsa, en souvenir du pain qui n’a pas eu le temps de lever lors de la sortie d’Egypte. Ce pain, c’est la matsa. Mais pourquoi devons-nous manger de la matsa en souvenir de cet événement, qui s’est produit il y a environ 3500 […]

 

 

Top
×

Pour être averti par e-mail chaque jour des nouvelles vidéos de Torah, indiquez votre adresse e-mail dans le champ ci-dessous :