Derniers Articles

Hamets et Matsa : la nature et le divin

La Torah, dans le Séfer Chémot, rapporte deux versets relatifs au hamets et à la matsa: -l’un concernant l’interdit de hamets durant tout Pessah ; -et l’autre se rapportant à l’obligation de manger de la matsa. Voyons, à présent, le hamets: Il est la résultante d’un processus de fermentation d’une pâte, qui se réalise au […]

Nul ne peut me nuire !

Nous pensons souvent, à tort, qu’il est dans le pouvoir de l’autre de nous porter atteinte, de nous nuire, de nous causer même des pertes financières. Nous sommes persuadés que la réussite de l’autre se fait parfois sur notre dos, à notre détriment. Nous sommes convaincus également que la parnassa, la subsistance, est le résultat direct de causes extérieures, comme […]

La force des tsitsit

  Dans la paracha de Tazria, la Torah nous parle de la tsara’at, et notamment des cas où cette plaie rendait une personne impure. A ce sujet, le Or Ha’haïm dit que le Klal Israël ne peut être impur que de l’extérieur, mais jamais de l’intérieur. Car puisqu’il accomplit les mitsvot, puisqu’il fait ce qu’Hachem […]

Le statut du porc à la fin des temps

Les signes de pureté des animaux autorisés par la Torah sont au nombre de deux: « ma’alé guéra » (ruminant) et « mafriss parssa » (ayant le sabot fendu). Un animal qui ne possède qu’un seul de ces deux signes n’est pas apte à la consommation, et il est tamé (impur). Les méfarchim (commentaires) voient ici une allusion très […]

Pourim ou les ficelles de l’éternité

La Guemara nous raconte qu’Haman était vraiment un malin (presque Talmid Hakham!) puisque lorsqu’il est rentré dans la grande Yéchiva de Mordékhaï et qu’il a trouvé des enfants en train d’étudier la Torah, il leur a demandé ce qu’ils étudiaient. Les enfants étudiaient alors les הילכות קמיצה (les lois de kémitsa). Ils parlaient donc d’une certaine […]


Top
Font resize