A-t-on le droit d’avoir peur ?

La peur est-elle légitime, ou bien n’est-elle finalement que l’expression d’un manque de émouna (confiance en D.ieu) ?

La Torah dans parachat Choftim nous enjoint expressément de ne pas avoir peur. En effet, le passouk nous dit: « Ki Tetsé lamil’hama ‘al oyvékha véraita souss varékhev ‘am rav mimékha lo tira méhem (lorsque tu sortiras en guerre, que tu verras cheval et char, un peuple plus nombreux que toi, tu ne craindras rien de tes ennemis) ».

Ainsi, la Torah nous ordonne de ne pas avoir peur. Mais comment est-ce possible ? Comment peut-on fermer les yeux, ignorer un danger tangible et considérer que ce danger n’existe pas ?

Pourtant, c’est la Torah elle-même qui atteste par ailleurs qu’un homme qui aurait construit une nouvelle maison devra rentrer chez lui, de peur qu’il meure au combat avant de l’avoir inaugurée.

La possibilité qu’un soldat meure au combat est réelle, et la Torah n’en fait pas abstraction. Alors pourquoi la peur de l’ennemi ne serait-elle pas justifiée et légitime ?

Si nous examinons attentivement le verset précédemment cité, il est écrit : »véraita souss varékhev ‘am rav mimékha (tu verras cheval et char, un peuple plus nombreux que toi) ».

La cause de la peur, c’est avant tout le regard que l’on porte sur le potentiel de l’ennemi; tant sur son armement que sur ses effectifs. Plus une armée disposera d’un arsenal sophistiqué, d’armes dévastatrices et terrifiantes, plus la peur se fera sentir. Et c’est sur ce point précis que la Torah nous met en garde: l’homme, par nature, est effrayé et impressionné par les armes de l’ennemi, comme si elles avaient le pouvoir à elles-seules de tuer ; mais ceci est un trompe l’œil, un leurre.

L’arme au service de l’ennemi est en réalité un keli entre les mains de D.ieu. C’est D.ieu qui manipule les armes! Que se soient des missiles, des obus, des roquettes, des bombes et même atomique, Hachem ich mil’hama. C’est D.ieu qui dirige la guerre, et qui décide de faire ou ne pas faire exploser une bombe, que la balle atteigne ou n’atteigne pas sa cible. Tout est entre Ses mains.

La Torah n’interdit pas la peur. Celle-ci n’est finalement qu’une conséquence naturelle, relative à une situation de guerre. Nous n’avons pas l’obligation d’être indifférents au danger qui nous menace, et d’en faire abstraction au point de l’ignorer totalement. La peur que la Torah interdit est d’une autre nature. Elle découle de la suprématie militaire de l’ennemi, de ses effectifs, de son armement.

Nous devons prendre conscience que, comme nous disent ‘Hazal, « ein hana’hach mémite éla ha’hète mémite (ce n’est pas le serpent qui tue, c’est le péché) ».

Qui va vivre ? Qui va mourir ? Cela ne dépend de personne.

Tout est entre les mains de D.ieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *