Comment se préparer au jour du jugement ?

 

Au début de parachat Ki Tetsé, la Torah nous dit :

« כי תצא למלחמה על אויבך ונתנו הי אלקיך בידיך

« Lorsque tu sortiras en guerre contre ton ennemi, Hachem ton D.ieu le livrera entre tes mains, et tu feras beaucoup de prisonniers ».

Sur ces mots, une question se pose.

En Hébreu, nous avons l’habitude de traduire  « tu sortiras en guerre contre ton ennemi. Mais pourquoi la Torah nous précise : tu sortiras en guerre sur ton ennemi ?

Lorsqu’on entreprend une guerre, on n’est jamais sûr de la gagner. D’où provient cette assurance qu’ Hachem livrera l’ennemi entre tes mains ?

La réponse est très simple: la guerre dont nous parle la Torah n’est pas la simple guerre physique, stratégique ou de conquêtes, mais du vrai combat de l’homme, de celui qu’il mène contre son yetser hara au quotidien.

L’homme a une tendance à faire le bien, à la justice, à la sainteté… à l’amélioration du monde, mais hélas également une tendance au mal.

Et dès l’instant où il décide de lutter contre son yetser hara, plutôt que de laisser le mal s’installer et se développer en lui, il s’élèvera au-dessus de lui. Hachem le fera triompher de cet ennemi, et Il lui livrera les otages dans sa main.

Ces otages sont, d’après la Hassidout, les différentes étincelles de sainteté dispersées autour de nous, que nous élevons, et qui se traduisent dans la vie quotidienne par un bien-être matériel et spirituel, simultané et sans aucune priorité entre les deux.

Lorsque l’homme décide de lutter contre le mauvais côté qui est en lui, il décide automatiquement de dominer le yetser hara. D’être au dessus de cet ennemi.

Il décide de ne plus laisser le mal pénétrer en lui, de le prendre en main immédiatement. Et il gagne donc automatiquement cette guerre.

Nous lisons la paracha de Ki Tetsé avant Roch Hachana pour précisément se rappeler qu’une fois la décision prise de combattre le yetser hara et de mener cette lutte intérieure avec énergie et détermination, alors on est assuré de la victoire finale et d’hériter d’un bon jugement à Roch Hachana et à Yom Kippour.

Articles connexes

La symbolique des boucs de Yom Kippour
Hachem est ma lumière
Le véritable secret pour une Chana Tova
Dépasser ses limites à Roch Hachana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *