Devinette sur la paracha Hayé Sarah

restaurant2-263190_1280

Résumé : Dans la Paracha, la Torah nous raconte le premier Chidoukh de l’histoire. Celui qui aboutit au mariage de Rivka et d’Itshak Avinou.

A la fin de la Paracha, la Torah nous raconte que Itshak finissait de prier lorsque Rivka arriva.

La Guémara Bérakhot nous enseigne qu’en fait Itshak venait d’instaurer la prière de Minha, que l’on dit durant l’après-midi.

Il suivait ainsi l’exemple de son père Avraham qui avait instauré la prière de Chaharit, du matin.

Ainsi, l’ordre des Téfilot est Chaharit, le matin, Moussaf (durant les jours de fêtes et Chabbat) et Minha en après-midi, le soir on dira Arvit.

Question :

Yéhouda et Chémaya sont deux élèves brillants de la Yéchiva « Peer Véhadar ».

Leur Roch Yéchiva, Rav Guid’on, afin de les féliciter de leur assiduité décide de les inviter pour un repas de Chabbat.

Les deux élèves sont très honorés et acceptent volontiers.

Une fois à table, la Rabbanite sert le plat principal, et voilà que Chémaya se met à le déguster alors que le Ba’al Habai’t n’a pas encore commencé à manger.

Yéhouda essaie de faire remarquer discrètement à Chémaya son erreur, mais Chémaya est trop occupé pour faire attention aux signaux de son ami.

Une fois sortis de la maison de leur hôte, Yéhouda se retourne vers Chémaya en lui disant :

« Tu n’as pas appris qu’on n’a pas le droit de manger avant le Ba’al Habait !!! Quelle honte tu m’as fait ! »

Chémaya n’est pas d’accord sur ce que lui reproche Yéhouda. D’après lui, il avait tout à fait le droit de manger avant le Roch Yéchiva »

D’après vous, qui a raison ?

La réponse se trouve dans la Paracha.

Réponse : 

Lorsqu’ Eliezer accepta l’invitation de Lavan et Bétouel, ils s’installèrent pour manger.

Cependant, Eliezer déclara qu’il ne mangerait pas tant qu’il n’aura pas fini d’expliquer la raison de sa venue.

Le Maguen Avraham demande (סי’ קע): « Qui a permis à Eliezer de manger, pourtant, Lavan et Bétouel n’avaient pas commencé à manger ? »

Le Maguen Avraham déduit de cela, une Halakh’a :

« Lorsque le Ba’al Habait sert son hôte, cela est considéré comme une autorisation de sa part à manger,
mais si l’hôte se sert, de lui-même, il n’aura pas le droit de manger tant que le Ba’al Habait n’a pas entamé son repas. »

Ainsi, dans notre cas, Chémaya avait tout à fait raison, étant donné qu’il a été servi par la Ba’alat Habait.

Chabbat Chalom

 

 

Articles connexes

Le secret de Makhpéla
La chirurgie esthétique est-elle permise par la Torah ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *