Hachem est ma lumière

 

Il est écrit dans le livre Matté Efraïm (chap.581):

« Nous avons l’usage dans ces contrées (Europe de l’Est) de dire chaque jour après l’office matin et soir – depuis Roch ‘Hodech Eloul jusqu’à Yom Kippour – le psaume 27 « Lé-David, Hachem Ori Vé-Ich’i ». Notre tradition est de le dire jusqu’à Chémini Atséret. » C’est également ce que rapportent d’autres décisionnaires au nom du Sidour de notre maître le Ari zal, qu’il faut dire le psaume 27 « Lé-David, Hachem Ori Vé-Ich’i » chaque jour jusqu’au jour de Simhat Torah.

Il est également cité dans ce livre que si l’on récite ce psaume depuis Roch Hodech Eloul, il nous est garanti d’achever sa vie de manière bonne et agréable, et que l’on sortira innocent du jugement, pour la vie et la paix.

Quel est donc la signification de ce psaume ?

Le psaume 27 commence par les mots suivants : De David. Le Seigneur est ma lumière et mon salut : de qui aurais-je peur ? Le Seigneur est le rempart qui protège ma vie : qui redouterais-je ?

Le sages du Midrash enseignent que « ma lumière » fait allusion à Roch Hachana, tandis que « mon salut » désigne Yom Kippour. Selon cette interprétation, le jour de Roch Hachana est donc défini comme notre lumière. Il est assez facile de comprendre que le jour de Yom Kippour incarne le salut. En effet, Yom Kippour est le jour où Hachem pardonne nos fautes et expie tous nos péchés. Mais qu’en est-il du jour de Roch Hachana ? Pourquoi est-il considéré comme notre lumière ? En quoi le Jour du Jugement est-il un moment de lumière ?

Rav Haïm Frilandler nous éclaire sur ce point. Il explique dans l’un de ses commentaires que toute l’essence du jugement de Roch Hachana est la réparation, « le Tikoun ». Le but du jugement divin n’est pas de nous punir, mais de nous amener à la réparation de nos manques. Lorsqu’Hachem a jugé Adam le premier homme, il l’a renvoyé du Gan Eden et l’a soumis au labeur. Il ne l’a pas fait par colère ou par vengeance. Mais il a placé Adam dans une position ou il pourra réparer sa faute en comprenant que tout provient d’Hachem. Le jour de Roch Hachana, Hachem a jugé le premier homme et lui a offert son « tikoun ». Chaque année, Hachem nous offre la possibilité de devenir meilleur. Car c’est là tout le but du « tikoun ». C’est pourquoi ce moment extraordinaire est une lumière.

De qui aurais-je peur ?

Le psaume 27 se distingue par son appel à la confiance. Le roi David chante sa emouna et son bitahon indéfectible en Hachem. Il nous invite à le suivre. Qu’il s’agisse de Roch Hachana ou de Yom Kippour, nous ne devons pas craindre les ennemis, les accusations et les mauvais décrets. Hachem attend que nous nous attachions à Lui et qui nous Lui accordions notre confiance. Car la confiance en Hachem est la plus grande des réparations. Le Roch Hachana est une lumière pour tout celui qui a confiance en Hachem. Comme il est écrit : « Nombreux sont les maux qui menacent le méchant ; mais quiconque a confiance en l’Éternel se trouve environné de sa grâce. » Ayons donc confiance en Hachem, et célébrons le renouvellement de sa royauté avec sérénité. C’est ainsi que nous mériterons la grâce du Roi des rois.

Articles connexes

La symbolique des boucs de Yom Kippour
Dépasser ses limites à Roch Hachana
Le véritable secret pour une Chana Tova
Comment se préparer au jour du jugement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *