Le secret de la parnassa

parnassa - chemita

La mitsva de chemita impose à l’homme de laisser reposer le terre la 7ème année. Dans notre système économique, cela ressemble à un suicide, une renonciation, une démission de l’intelligence humaine dans une société où la valeur suprême est le gain, l’argent. Pourtant D.ieu lui-même l’atteste : ce ne sont pas mes efforts, malgré une course effrénée pour parvenir à mes objectifs, qui m’assureront ma subsistance mais seule la bénédiction divine m’enrichira !
La mitsva de chemita est là pour me rappeler cet axiome.
D.ieu envoie la parnassa à l’homme, du Ciel, même si bien entendu, il incombe à l’homme de fournir un effort restreint (hichtadlout) pour la recevoir.
Si nous sommes convaincus que D.ieu dirige le Monde et qu’il n’y a aucune différence entre le miracle et le téva (la nature), que c’est D.ieu qui réalise absolument tout, on pourra comprendre aisément que même près avoir labouré la terre, y avoir semé des graines, cela ne débouchera pas de façon automatique à un résultat, à la production d’une récolte. Il faudra pour cela l’accord du Boré Olam !
Le ‘Hatam Sofer rapporte que les juifs de la génération du désert ont été impressionnés lorsqu’ils ont vu la manne descendre du Ciel; ils ont loué D.ieu pour un tel miracle. En effet, ils étaient jusqu’à présent, habitués à ne se nourrir que de produits de la terre. En revanche, leurs enfants, qui n’ont connus que la manne pour subvenir à leurs besoins, ont été ébahis lorsqu’ils ont vu, à leur arrivée en Israël, la terre produire des végétaux ! Ils ont dit : Comment cela est-il possible ? Planter dans la terre une graine qui va se désintégrer, pourrir, pour finalement faire sortir un fruit, un légume, une plante … !
Le message est clair : la descente de la manne du Ciel n’est pas plus un miracle que lorsque la terre produit des végétaux et inversement ! Il n’y a aucune différence entre ce qu’on appelle le miracle et  la nature. Tout est l’oeuvre de D.ieu.
Ce que l’on qualifie comme étant un miracle est quelque chose qui sort de la routine quotidienne, des mécanismes habituels permettant au monde d’exister.
Il nous appartient de voir la trace de D.ieu dans chaque événement de notre vie et ainsi Il pourvoira à tous nos besoins.

Articles connexes

Nul ne peut me nuire !
La parnassa : le test de la émouna
Lag Baomer : un jour propice pour demander la parnassa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *