Peut-on prendre un médicament pendant Chabbat ?

Un malade a-t-il le droit de prendre un médicament pendant Chabbat même s’il n’est pas en danger ?

Un holé chéein bo sakana (un malade qui n’est pas en danger) n’a pas le droit de prendre de médicaments pendant Chabbat, sauf si sa douleur l’oblige à s’aliter.

Lorsqu’on prend un médicament pendant Chabbat, a-t-on le droit de déchirer les écritures se trouvant sur l’emballage de celui-ci, ou bien cela pose t-il un problème de מוחק (effacer) ?

Il sera préférable de préparer le médicament avant Chabbat, ou à le prendre pendant Chabbat mais sans déchirer les lettres qui se trouvent sur son emballage.

Dans le cas contraire, on pourra le prendre pendant Chabbat même si cela entraîne une déchirure et donc l’effacement de lettres.

Si un malade qui n’est pas en danger doit manger avant de prendre son médicament, il devra faire Kiddouch puis manger un kazayit de mézonot avant de prendre son médicament. Et il devra ensuite refaire Kiddouch après la tefila.

Si un malade qui n’est pas en danger a commencé son traitement avant Chabbat et qu’il doit le poursuivre pendant Chabbat pour ne pas en perdre l’effet positif, il a le droit de le faire même dans le cas où, pendant Chabbat, il n’a pas besoin de s’aliter.

Articles connexes

Mordu ou piqué par un animal pendant Chabbat : comment réagir ?
Se soigner pendant Chabbat
A-t-on le droit pendant Chabbat d’éplucher les fruits ou légumes ?
Elle n’arrive pas à garder le Chabbat !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *