Au début de la paracha de Noah, il est écrit: « Vayare Elokim eth haarets véhiné nich’hata (Dieu vit la terre et voici qu’elle était corrompue) ». Cependant, au verset précédent, il est déjà mentionné « Vaticha’heth haarets lifné haElokim (La terre s’est corrompue devant Dieu) ». Quelle est la raison de cette répétition ? Pour la comprendre, le Sforno rapporte des paroles du Méssilat Yécharim: « Lorsque l’homme […]