Chaque juif a son importance !

Paracha Emor

Dans la paracha de Emor (au passouk 32), il est dit: « vélo té’halélou eth Chem kodeshi vénikdashti bétokh Béné Israël ».

Au sujet des mots « vénikdashti bétokh Béné Israël » employés ici, la Guemara Berakhot (21b) explique que ce sont d’eux qu’on apprend que toute chose en rapport avec la kédoucha (sainteté) doit être dite en présence de dix hommes Juifs.

Ainsi, par exemple, les choses suivantes ne pourront être dites qu’en présence d’un minyane:

– la kédoucha qui est dite lors de la répétition de la Amida;

– la lecture de la Torah;

– la Birkat Cohanim;

– les bénédictions du mariage.

De là, nous apprenons une chose fondamentale pour un Juif : l’importance de prier bétsibour, c’est-à-dire l’importance de prier en s’associant à au moins dix hommes juifs.

A un autre endroit, la Guemara Berakhot (p.6) rapporte au nom d’un Rav nommé Abba Binyamin: « La tefila d’un homme n’est écoutée qu’à la Synagogue, comme il est dit: bimkom rina cham téfila« . Et Rachi explique: « Là où les gens disent des chants et des louanges à Dieu, à la Synagogue, on priera ».

La Guemara continue en disant que les mots « אלוקים ניצב בעדת קל » indiquent qu’Hachem se tient là où il y a une assemblée, et que la Chékhina, la présence divine, repose sur une assemblée qui prie.

Une assemblée, c’est (au moins) dix hommes. Nous apprenons cela des explorateurs, puisque les dix explorateurs qui  ont fauté ont été appelé עדה (assemblée) par Moché Rabbénou.

La Guemara nous dit que la Chékhina repose sur dix personnes qui prient.

De là nous voyons l’importance d’aller prier à la Synagogue, en raison de la kédoucha qui s’y trouve. Mais plus encore: la Guemara nous dit que dès le moment où dix Juifs prient ensemble, ils prennent un nom nouveau, puisqu’ils sont alors appelés « tsibour ».

Tsibour, c’est une assemblée composée d’au moins dix hommes juifs. Mais quel est le secret d’une assemblée ? En quoi a-t-elle tellement plus de force qu’un individu ? Et pourquoi, par conséquent, est-il si important d’aller prier à la Synagogue ?

Au temps du Beth Hamikdash, il y avait la kétoret. C’étaient un encens qu’on apportait chaque jour, matin et soir, et qui était composé de onze parfums. Mais, étonnamment, l’un de ces parfums, le ‘hélbéna, ne sentait vraiment pas bon: il dégageait une odeur nauséabonde, insupportable ! Et pourtant, il devait absolument faire partie de la kétoret. Sans lui, celle-ci ne pouvait pas être offerte au Beth Hamikdach.

Lorsque le ‘hélbéna était tout seul, son odeur était très repoussante. Mais lorsqu’il était mélangé aux autres ingrédients de la kétoret (qui eux sentaient bon), il permettait à celle-ci:

– de répandre un parfum très agréable, qui s’élevait  jusqu’au Trône de Gloire.

– et d’avoir des vertus thérapeutiques.

La kétoret était, en effet, le cadeau que Moché Rabbénou a reçu de l’ange de la mort (et qui protège de celle-ci) après avoir convaincu les anges que la Torah ne leur était pas destinée et qu’elle l’était pour les êtres humains, qui ont un yétser hara .

Rachi explique pourquoi le ‘hélbéna, malgré son odeur nauséabonde, devait faire partie de la kétoret, qui elle propageait une odeur agréable : pour nous faire prendre conscience de l’importance, lorsque nous jeûnons ou prions, d’intégrer les mécréants parmi nous.

Les mécréants font aussi partie du peuple juif !

Et à l’image du ‘hélbéna qui, malgré son odeur repoussante, était intégré à la kétoret, nous ne devons pas empêcher les réchaïm de participer à nos téfilot collectives. Même s’ils peuvent paraître repoussants, nous devons les associer à cette assemblée, car ce n’est que comme cela que notre tefila sera agréée par Dieu.

Il y a quelques semaines, nous fêtions Pessah. La Hagada de Pessah parle de quatre type d’enfants. Ces enfants sont tous différents (l’un d’entre eux est ‘hakham, l’autre est racha…), mais cela n’empêche pas qu’ils soient tous à la table du Séder. Le racha n’en a pas été exclu à cause de son opposition à la Torah…

Le peuple juif aussi est composé de gens très différents: certains servent Hachem au mieux, et d’autres s’investissent beaucoup moins dans Son service.

Mais tous font partie intégrante d’un seul et même peuple, qui doit rester uni pour se rapprocher de Lui.

Télécharger

Vous devez avoir un plan d'abonnement payant pour accéder aux téléchargements.
J'ai déjà un compte | Abonnez-vous maintenant

Dernières vidéos dans cette catégorie

Dernières vidéos de ce rabbin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *