Quel est le din si l’on a introduit un aliment dans la bouche sans avoir récité la bénédiction ?

Quelqu’un qui, par inadvertance, a introduit dans sa bouche un liquide sans avoir récité la berakha devra avaler ce liquide, et n’aura pas besoin de le recracher. Il faudra tout de même qu’il pense à la bénédiction tant que le liquide est présent dans sa bouche.

S’il a bu la quantité de réviit (86mL) sans avoir récité la bénédiction, il devra malgré tout dire la berakha a’harona (c’est-à-dire la bénédiction finale) de boré néfashot.
Et s’il continue à boire, il dira la bénédiction sur le liquide (chéhakol ou haguéfen), et il ne comptera pas sur la pensée qu’il a eu en buvant la première gorgée (il devra d’abord dire « Baroukh Chem kévod malkhouto lé’olam va’ed, et ensuite réciter la bénédiction).

Dans le cas où ce qu’il a introduit dans sa bouche est un aliment:

-s’il s’agit d’un aliment qui ne fond pas et qui ne se désagrège pas facilement, il le rejètera puis récitera la berakha (car on ne peut pas dire une berakha lorsqu’on a la bouche pleine);
-s’il s’agit, au contraire, d’un aliment qui fond rapidement et qu’on ne peut pas être rejeter de la bouche, il le mettra dans un coin de la bouche puis dira la berakha.

Télécharger

Vous devez avoir un plan d'abonnement payant pour accéder aux téléchargements.
J'ai déjà un compte | Abonnez-vous maintenant

Tags

Le rabbin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *