Durant la séouda mafséket, c’est-à-dire le repas de clôture avant de rentrer dans Yom Kippour, on a l’habitude de tremper le pain dans du sucre lors du motsi. Mais on pourra aussi le tremper dans du sel. Il faudra faire attention de terminer cette séouda lorsqu’il fait encore jour, car c’est une mitsva de la Torah […]

Quel est le sens de Yom Kippour ? Une fois par an, il nous est donné la possibilité de voir l’amour infini que porte D.ieu sur ses créatures et le peuple juif. La révélation de cet amour est la raison ultime de l’expiation de toutes les fautes.

Lorsque l’on fait techouva, une étincelle divine s’allume en chacun d’entre nous. La kapara de Yom Kippour va pouvoir se concrétiser si l’homme agit et étonne D.ieu de part ses actes. Quand D.ieu est étonné, l’homme est pardonné de ses fautes.

Qu’est-ce que le minhag des kapparot ? La veille de Yom Kippour, nous devons procéder aux kapparot. Il s’agit d’un minhag répandu depuis l’époque des Guéonim. En quoi consiste-t-il ? On prendra une poule ou un coq pour chaque membre de la famille (une poule s’il s’agit d’une fille, un coq s’il s’agit d’un garçon), et […]

Le Talmud affirme qu’il n’y a pas de jours plus heureux que Yom Kippour et Tou béav. Pourtant, à priori, ces 2 fêtes n’ont pas de rapport. En effet, quel point commun peut-il exister entre le jour du pardon et le jour où les jeunes filles d’Israël vont à la rencontre de leur « zivoug » ?

Un enfant qui aurait moins que neuf ans ne jeûnera pas à Yom Kippour. Il ne fera pas non plus un taanit cha’ot, c’est-à-dire un jeûne pour quelques heures. Et même s’il désire jeûner, on le repoussera, et on lui donnera de la nourriture. Par contre, on éduquera un enfant qui a déjà eu neuf […]

Chacun d’entre nous a l’obligation de se protéger de la jouissance perpétuelle et plutôt de se consacrer à une activité intellectuelle, morale, constructive que l’on peut atteindre par l’étude de la Torah qui va briser le cercle de l’habitude et donner un accès à l’infini. La techouva sera toujours possible tant que l’intellect et l’habitude […]

C’est en effet une mitsva, la veille de Yom Kippour, de manger et de boire, et de multiplier les repas. Ce jour-là, on ne jeûnera pas. L’essentiel de la mitsva a lieu le jour; la veille, il n’y a pas de mitsva de manger. Ce jour-là, on diminuera son activité professionnelle ainsi que son étude […]

Dans le calendrier juif,  durant les 40 jours qui s’étendent de Roch Hodesh à Yom Kippour, on récitera de préférence les selihot après hatsot layla (c’est-à-dire après le milieu de la nuit), car c’est un ét ratsone (un temps propice pour cela). Il faudra faire attention à ne pas réciter les selihot la première partie […]