כ׳ באב ה׳תשפ״ב

Chavouot : pourquoi et comment ?

Chavouot : pourquoi et comment ?
Par Rav C.Atlan

Chavouot : pourquoi ?

Nous célébrons ce jour-là, l’anniversaire du Don de la Torah, le 6 Sivan 2448, sur le Mont Sinaï. Le don de la Torah scelle l’union d’Hachem avec l’Assemblée d’Israël et symbolise le mariage entre Hachem et le peuple Juif.

Ce jour-là est également la Hiloula de Rabbi Israël Baal Chem Tov z.t.l..

C’est l’anniversaire de la naissance et de la mort du Roi David, dont Ruth est l’arrière-grand-mère. Cela explique l’usage de terminer tout le Livre des Psaumes et le livre de Ruth.

Les noms de la fête de Chavouot

Fête de la promulgation de la Torah : Zman Matan Torah. Le sixième jour du mois de Sivan (c’était un jour de Chabbat), en 2448 après la Création du Monde, D.ieu nous donna la Torah sur le mont Sinaï. La fête de Chavouôt, les 6 et 7 Sivan, commémore ce grand événement.

Fête des Semaines : Hag Hachavouot.
La fête est ainsi appelée parce qu’elle est célébrée à la fin des sept semaines de la période du Omer, qui commence la deuxième soirée de Pessa’h.

Mais Chavouot est aussi le pluriel de « chevoua« , serment. Chavouôt rappelle ici le serment de D.ieu, de ne pas échanger Israël contre une autre Nation, et le serment que chaque juif prononça, de s’attacher à D.ieu et à Ses Commandements. Ces deux serments se renouvellent chaque année pendant la fête de Chavouot.

Fête de la moisson : ‘Hag hakatsir. Dans le pays d’Israël, c’était la saison de la moisson, et notamment de la moisson du froment. La première offrande de cette récolte nouvelle était faite sous forme de deux pains de froment.
Fête des Prémices : ‘Hag habikourim. La fête des Semaines marquait le commencement de la saison lors de laquelle on offrait des prémices à D.ieu, lorsque le Saint Temple existait à Jérusalem.

La fête doit encore ce nom au fait que les « deux pains » offerts avec les sacrifices animaux ce jour là étaient également appelés les prémices de la moisson de blé.

Les usages de la fête

Le livre de Ruth à Chavouot :

Ruth s’était convertie au Judaïsme et était l’arrière-grand-mère du Roi David, ceci explique l’usage de terminer tout  le livre de Ruth. Il relate l’histoire de deux femmes, l’une Noémie, juive et l’autre, Ruth, sa belle-fille, Moabite ; leur long et douloureux exil, puis leur retour en Israël. Afin de nous rappeler que la Torah n’a été donnée qu’à travers des épreuves et des difficultés et c’est à l’époque de la moisson de l’orge, que Ruth est entrée sous les ailes de la Providence divine par la voie de la conversion.

Afin que nous puissions lire ce jour-là :

  • Un passage de la Torah (les 10 commandements)
  • Un passage des Prophètes (la Haftara)
  • Un passage des Hagiographes (les Kétouvim)

A Chavouot nous avons la coutume de lire la Méguilat Ruth.

Les coutumes

La coutume de se jeter de l’eau à Chavouot :

Nous avions la coutume de nous jeter de l’eau sur les uns les autres car :

1ère explication : Moché Rabbénou est né le 7 Adar et sa mère l’a caché durant 3 mois, ce qui reporte au 6 Sivan qui est la fête de Chavouôt ; ce jour-là elle le mit dans un berceau en osier qu’elle déposa sur le Nil qui représente l’eau.

2ème explication : Lors du don de la Torah, les Bné Israël se sont tous évanouis et Hachem fit descendre de la rosée pour les réveiller.

L’eau coule toujours vers le bas, ce qui représente l’humilité qui est une allusion à l’étude de la Torah qui doit être étudiée avec humilité.

Il est important de savoir que les Sages contemporains ont aboli cette coutume car elle engendre beaucoup d’interdictions :

a) Il est interdit le jour de Yom Tov de presser du linge mouillé,
b) Les hommes et les femmes se mélangeaient pour se jeter de l’eau, ce qui engendrait une grande légèreté d’esprit, ce qui n’est pas adéquat au jour

Nous avons également l’habitude de lire l’après-midi de Chavouot les Azharot (explications des 613 Mitsvot) de Rabbi Chlomo Ben Gabirol z.t.l. et de Rabbi Yits’hak Ben Réouven z.t.l. d’autres

étudient le Séfer HaMitsvot du Rambam.

La Kétouba (acte de mariage) à Chavouot :
La fête de Chavouot, nous célébrons l’anniversaire du don de la Torah, le 6 Sivan 2448, sur le Mont Sinaï.

Le don de la Torah scelle l’union entre Hachem avec l’Assemblée d’Israël et à la symbolique du mariage entre nous et le créateur, c’est pourquoi, le premier jour de Chavouot, nous avons l’habitude au moment de l’ouverture de l’Arche Sainte, de lire la Kétouba (acte de mariage) rédigé par Rabbi Israël Nadjara z.t.l. engagement entre D. et son peuple et le 2ème jour de Chavouot, nous lisons la Kétouba rédigée par Rabbi Raphaël Moché Elbaz z.t.l.

Les fleurs en l’honneur de la fête :

La veille de Chavouot nous avons la coutume de décorer la synagogue avec des fleurs en l’honneur de la fête,

a) La raison de ce Minhag, quand la Torah fut donnée, le monde était rempli d’une odeur agréable.
b) En souvenir des prémices on décorait de fleurs et de roses.
c) Pour rappeler qu’à Chavouot, le monde est jugé pour la production des arbres fruitiers (Maguen Abraham).

Certains disent qu’à Chavouot, les arbres fruitiers sont jugés.

Retrouvez d’autres halakhot de Rav C.Atlan sur : www.lejudaisme.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR