כ׳ באב ה׳תשפ״ב

Connaît-on tous les animaux Cacher ?

Connaît-on tous les animaux Cacher ?
Par Rav A.Bieler – source : www.universtorah.com

Les prescriptions de la Torah


Le Lévitique (11, 1-3) définit certains interdits alimentaires de la façon suivante:

« L’Éternel parla à Moché et à Aharone, en leur disant : Parlez ainsi aux enfants d’Israël. Voici les animaux que vous pouvez manger parmi tous les quadrupèdes qui vivent sur terre, tous les animaux qui ruminent et ont le pied corné divisé en deux ongles ».

Le sabot fendu et la rumination

la Torah nous révèle ,dans les versets qui suivent, un secret surprenant : parmi les millions d’espèces présentes dans le monde, seuls quatre animaux ne possèdent pas simultanément ces deux propriétés (rumination et sabot fendu). Soit ils ruminent mais n’ont pas le sabot fendu, soit leur sabot est fendu mais ils ne ruminent pas.

Chez tous les autres animaux, ces deux propriétés vont obligatoirement de pair. Les deux signes sont présents simultanément ou sont tous deux absents.

La Tora (Lévitique 11, 4-7) précise également les noms de ces animaux et le signe de pureté présent chez chacun d’entre eux.

« Quant aux (animaux) suivants qui ruminent ou qui ont le pied corné, vous n’en mangerez point »

 

 

le chameau, parce qu’il rumine mais n’a point le pied corné, sera impur pour vous

 

 

 

    la gerboise, parce qu’elle rumine mais n’a point le pied corné, elle sera impure pour vous

    le lièvre, parce qu’il rumine mais n’a pas le pied corné, sera impur pour vous

    le porc, qui a bien le pied corné mais ne rumine point, sera impur pour vous.

Pour résumer: Seuls le chameau, le lièvre et la gerboise ruminent, mais n’ont pas le sabot fendu. Seul le porc a le sabot fendu mais ne rumine pas. Chez tous les autres animaux du monde, ces deux propriétés vont de pair.

Paroles de nos Sages

La Loi Orale complète ces propos en nous expliquant les implications considérables de cet axiome en matière religieuse. La Guémara dans le traité de ‘Houline 59a rapporte ainsi:

«En se promenant, il (quelqu’un) trouve une bête dont la bouche est coupée ; c’est à dire qu’il ne sait pas si elle rumine car d’après l’emplacement des dents, on peut déterminer le degré de rumination (si sa bouche est coupée il ne peut le distinguer), il vérifie (alors) les sabots.
Si ses sabots sont fendus, on sait qu’elle (la bête) est pure. Sinon, elle est impure ».

Ceci à condition de connaître le porc, qui a le sabot fendu mais ne rumine pas.

Rabbi Ichma’èl nous enseigne : « Le Maître du Monde sait qu’il n’existe qu’un animal qui ait le sabot fendu et qui soit impur, c’est le porc. »

Nos Sages ont ajouté dans la Béraïta (Sifré, Parachate Réé, 102) « Ce sont là les seules espèces que vous ne consommerez pas ».

« Moché était-il chasseur ? » (Comment pouvait-il donc connaître toutes les espèces d’animaux qui existent sur l’ensemble de la planète, et définir les interdits alimentaires par des signes, sans les énumérer?).

Et il poursuit :
« De là, on peut répondre à ceux qui prétendent que la Torah ne vient pas du Ciel »!

Le Rav Baroukh Epstein de Finsk, dans son ouvrage Torah Témima (Vaïkra 11, signe 17), renforce l’idée de Rabbi ‘Akiva: «Voilà la preuve que la Torah a été donnée par une Force Divine Supérieure. Car l’homme n’est qu’un homme et ne peut décider que seuls, ces signes distinguent les animaux : pas d’autres signes.»

Peut-être existe-t-il, dans un pays lointain, d’autres animaux répondant aux même propriétés que le chameau, le lièvre, la gerboise et le porc !
Peut-être au cours des années, un autre homme cherchera et trouvera d’autres animaux interdits!

Mais Hakadoch Baroukh Hou, Lui Seul, sait qu’il n’y a pas d’autre espèce d’animal ayant seulement un des signes de pureté. C’est ce que nous découvrons aujourd’hui puisque, depuis le don de la Torah, aucun chercheur ni aucun explorateur n’a découvert jusqu’ici d’espèce nouvelle ! Telles sont les mer veilles du Créateur et de sa Loi .

Une centaine d’années s’est écoulée depuis la rédaction de ces phrases par le Rav Epstein Zatsal, plus d’un siècle durant lequel la science moderne n’a eu cesse de progresser pour découvrir de nouvelles créatures à travers le monde.

On pourrait même établir formellement que depuis le Don de la Torah, c’est à dire plus de 3000 ans, on a pu recenser tous ou presque tous les animaux et les bêtes sauvages existant sur terre.

Et parmi ces milliers d’êtres vivants, pas un seul ne ruminait ou avait uniquement le sabot fendu, hormis ceux qu’a précisé la Torah.

Chez toutes les autres espèces, on trouve soit les deux propriétés, soit aucune d’entre elles !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR