י״ח באב ה׳תשפ״ב

La grandeur et la puissance de Pessah Chéni

La grandeur et la puissance de Pessah Chéni
Par Rav C.Atlan

Pessah Chéni : pourquoi ?

En 2449 de la création du monde, les enfants d’Israël ont célébré le 1er Péssah, le 14 Nissan.

Ils ont offert le Korban Péssah, mais pour cela, il fallait être pur de toute souillure des morts.

Un petit groupe était impur et ils ont demandé à Moché «Pourquoi nous devons être exclus ? » Moché se tourna vers Hachem, qui a répondu « les gens qui étaient impurs pourront faire le sacrifice le mois prochain – le 14 Iyar. C’est la raison pour laquelle ce jour est devenu une fête.

Nous n’avons pas de Pourim Chéni ou Hanouka Chéni ou Kippour Chéni, mais seulement Pessah Chéni.

Hachem à dévoilé à Moché Rabbénou un message pour le peuple d’Israël pour toutes les générations à venir.

Même si on n’a pas pu accomplir la Mitsva, rien n’est perdu pour autant et, on pourra la réaliser après.

Le Rayats de Loubavitch nous enseigne : Péssa’h Chéni nous enseigne que « rien n’est jamais perdu : il n’est jamais trop tard ! Notre conduite peut toujours être rectifiée. Même celui qui est impur, quand bien même il l’a désiré, peut toujours se corriger. » Rien ne justifie le désespoir.
Chaque individu, quelle que soit sa situation, a toujours la possibilité de faire un saut en avant (Pessah = traduction littérale sauter) dans son service divin.

Le Zohar nous enseigne :

Pour la journée du 14 Iyar, on annonce dans les cieux pour le jour de Pessah Chéni : « ouvrez les cieux pendant toute la semaine, que ceux qui désirent recevoir la Bérakha la demande et ils la recevront ».

Le 14 Iyar on célèbrera aussi la Hilloula de Rabbi Méïr Baal Haness

La force de Rabbi Méir z.t.l était de faire des miracles qui transcendaient la nature et il en va de même pour nous.

Dans les Séphirot du Omer cette semaine, est la semaine du Hod de la splendeur.

Pendant toute la journée du 14 Iyar il est très bien de manger des Matsot

Les Séfaradim réciteront Boré Miné Mézonot,

Les Achkenazim réciteront Hamotsi.

Pour Pessa’h Chéni pendant toute la journée on ne récitera pas les prières de supplications « Ta’hanounim ».

Il est conseillé de ne pas jeûner ce jour-là, mais il n’y a aucun interdit.

Plus d’articles de Rav C.Atlan sur : www.lejudaisme.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR