כ׳ באב ה׳תשפ״ב

L’histoire de Rabbi Chimon Bar Yohai (première partie)

La Hiloula de Rabbi Chimon Bar Yo’haï z.t.l.

Rabbi Chimon fait partie de la seconde génération qui a vécu après la destruction du second Temple, ce fut une période de souffrance pour les bnés-Israël, brimés par les décrets de l’empire romain.

Rabbi Chimon était un disciple de Rabbi Akiba. Au cours d’une épidémie, 24.000 élèves de Rabbi Akiba périrent. Rabbi Akiba transmit alors son enseignement à cinq de ses élèves et ce sont eux qui rétablirent la Torah :

  1. Rabbi YEHOUDA –
  2. Rabbi MEÏR –
  3. Rabbi CHIMON –
  4. Rabbi YOSSEI –
  5. Rabbi HANINA BEN HAKHINAÏ.

Rabbi Chimon fut le chef spirituel d’un groupe comprenant :  son fils Rabbi Elazar– Rabbi Abba– Rabbi Yéhouda – Rabbi Yossi bar Yaakov– Rabbi Itshak – Rabbi Hizkia bar Yaakov – Rabbi Hiya– Rabbi Yossé.

Rabbi Chimon a quitté ce monde le 18 Iyar, le 33° jour du omer. Ce jour est pour tous les juifs un jour de Hiloula; de nombreux pèlerins viennent se recueillir sur sa tombe à Méron. Rabbi Chimon disait que l’étude du Zohar active la venue du Messie.

1ère partie

Yohaï le père de Rabbi Chimon était un membre important de la tribu de Yehouda. Son épouse, (la mère de Rabbi Chimon). Sarah, descendait de la prestigieuse lignée des princes du Peuple juif et, en particulier, de Hillel Hazaken (l’Ancien).

Durant de nombreuses années, Sarah resta stérile et Yohaï finit par envisager de se séparer de Sarah et d’épouser une femme qui lui donnerait des enfants. Sarah jeûna, donna la Tsedaka et pria avec ferveur, en suppliant Hachem de lui permettre d’avoir un enfant.

La nuit de Roch Hachana, Yohaï fit un rêve : il se trouvait debout dans une vaste forêt dont certains arbres étaient pleins de fruits et d’autres secs. Yohaï s’appuya contre un arbre sec et aperçut un Juif impressionnant qui portait une cruche pleine d’eau sur son épaule et qui arrosait certains arbres secs. En approchant de Yohaï, l’homme s’arrêta, prit une petite fiole d’eau pure et arrosa son arbre en lui prodiguant de nombreuses bénédictions. Yohaï s’aperçut alors que cette toute petite quantité d’eau était bénie : elle s’éleva et arrosa tout ce qui se trouvait près de son arbre qui se mit à produire immédiatement des grosses pommes juteuses, sucrées et entourées de feuilles fraîches. L’arbre continua de fleurir, de produire de nouvelles branches, de nouvelles racines et des fruits dont l’arôme parfumait toute la forêt.

Ses larmes, ont changé son destin :

Yohaï se réveilla heureux et s’empressa de raconter son rêve à son épouse. Pour lui, l’interprétation était évidente. Les arbres représentaient les femmes : certaines avaient des enfants, d’autres étaient stériles. A Roch Hachana, Hachem décrète quelles seraient celles qui mettront au monde des enfants : son épouse vertueuse en faisait partie puisque son arbre avait bénéficié d’une bénédiction extraordinaire. Cependant, il ne comprenait pas pourquoi cet homme à l’aspect majestueux avait utilisé une petite fiole qui n’avait servi que pour son arbre et pour aucun autre ?

Ravie, mais étonnée, sa femme proposa : «Allons en parler à Rabbi Akiva !» Celui-ci compléta l’interprétation donnée par Yohaï : «Sachez que Sarah était destinée à être stérile : elle n’aurait jamais dû avoir d’enfant. Ce n’est que grâce à ses prières et ses larmes, qu’elle a mérité de changer son destin et d’enfanter. La fiole qui arrosait son arbre, avait recueilli ses larmes. Ce sont ses larmes qui ont arrosé l’arbre qui la représente et seulement celui-ci !»

Et Rabbi Akiva ajouta : «Sarah ! Cette année vous donnerez naissance à un fils qui illuminera le Peuple d’Israël tout au long des générations par sa sagesse et ses actions !»

Plus d’articles de Rav Chlomo Atlan sur : www.lejudaisme.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR