י״ד באב ה׳תשפ״ב

Porter une montre pendant Chabbat

Peut-on porter une montre électronique pendant Chabbat ?

Les décisionnaires ont tranché que le fait de sortir pendant Chabbat d’un domaine privé à un domaine public avec une montre à son poignet ne pose pas de problème de hotsaa (porter), car:

– la montre est considérée comme un ta’hchit, comme un bijou que les gens ont l’habitude de porter ;

– et elle est portée au poignet, et donc dérekh lévouch, c’est-à-dire de la manière dont on s’en « vêtit » habituellement.

Certains décisionnaires disent qu’il est mieux que le bracelet de la montre soit en or ou en argent, pour que la montre ressemble plus à un bijou. Mais c’est une ‘houmra.

D’autres décisionnaires interdisent de sortir avec une montre pendant Chabbat, mais c’est aussi une ‘houmra.

D’après le din , il est permis de porter une montre à son poignet même lorsqu’on sort avec pendant Chabbat, et même si son bracelet n’est ni en or, ni en argent.

En ce qui concerne les montres électroniques, certains décisionnaires (notamment le Rav Mazouz et d’autres décisionnaires de sa génération) disent qu’il y a à craindre que, pour voir l’heure (lorsqu’on est dans le noir, par exemple), on appuie sur le bouton qui déclenche la lumière permettant de la voir.

Cette crainte (d’appuyer sur le bouton qui provoque la lumière) pourrait exister dans d’autres lois de Chabbat. Par exemple, si une personne rentre chez elle, on pourrait aussi craindre que, lorsqu’elle se trouve dans la cage d’escaliers, elle appuie involontairement sur l’interrupteur permettant d’y avoir de la lumière.

Dans ce cas précis (de la lumière dans la cage d’escaliers), tout le monde est d’accord qu’on n’a pas à craindre qu’une personne appuie sans faire exprès sur l’interrupteur. Mais, dans les montres électroniques, il est plus facile, plus « sous la main », d’en venir à appuyer sur le bouton permettant d’éclairer. Certains décisionnaires veulent donc dire qu’il est interdit de porter une montre électronique pendant Chabbat.

Mais il y a un principe qui dit: « אין לגזור שום גזרות אחרי מה שגזרו החכמים״ ». On n’a donc pas le droit d’interdire ce que les Hakhamim n’ont pas interdit. Par conséquent, si une chose n’est interdite ni d’après la Guemara, ni d’après les Richonim, ni d’après le Choul’hane Aroukh, il n’y a aucune raison de l’interdire.

C’est pourquoi, mé’ikar hadine, il est permis de porter une montre électronique pendant Chabbat, même si on risque ainsi d’en venir à appuyer sur le bouton permettant d’éclairer l’heure.

Il faudra cependant veiller à ne pas appuyer sur celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR