כ׳ באב ה׳תשפ״ב

Récapitulatif des Halakhot du 17 Tamouz

Par Rav C.Atlan – source : www.lejudaime.org

 

Cette année le jeûne du 17 Tamouz tombera le dimanche 27 juin 2021.

Nos Sages z.t.l ont instaurés les jeûnes, afin que chaque Ben Israël puisse être solidaire de l’histoire de son peuple et ne pas oublier les malheurs qui nous ont frappés afin d’en tirer moralité et surtout de faire Téchouva.

Les 5 malheurs

Voici les 5 malheurs qui se sont produits à la date du 17 Tamouz et pour lesquels nous jeûnons à cette date :

1) La destruction des premières tables de la Loi. Le 7 Sivan, Moché Rabbénou monte pour recevoir les tables de la Loi.  Lorsqu’il redescend, le 17 Tamouz, il voit que le peuple a fabriqué un veau d’or.

2) Le Korban Tamid (sacrifice quotidien) fut interrompu à l’époque du 1er Beth Hamikdach (temple), Ce sacrifice protégeait le peuple d’israel

A l’époque où les ennemis prirent d’assaut Jérusalem. Jusqu’à ce jour, les ennemis leur faisaient passer par-dessus les murailles, le bétail nécessaire pour le sacrifice Tamid, mais un jour ils leur expédièrent un cochon. C’est à ce moment-là que le sacrifice Tamid fut stoppé.

3) A l’époque du 2ème Beth Hamikdach, Le 17 Tamouz à été un jour clé dans la progression du siège romain, les soldats firent la première brèche dans la muraille d’Antonia qui constituait la protection de la ville et du Temple, et 3 semaines plus tard, le Beth Hamikdach, fut détruit ainsi que toute la ville de Jérusalem. 

4) Le mécréant, Apostomus, général grec brûla les rouleaux de la Torah, et a érigea une idole dans le sanctuaire (même si il existe de nombreuses divergences d’opinions quant à l’identité d’Apostomus).

5) Une idole fut placée dans le Hekhal au sein même du sanctuaire, dans le Beth Hamikdach.

Certains pensent qu’Apostomus lui-même plaça cette idole, d’autres pensent que cet acte fut réalisé par Ménaché.

L’obligation de jeûner

L’obligation de jeûner le 17 Tamouz commencera cette année le dimanche 27 juin 2021, avant le lever du jour (72 mn avant le lever du soleil) et s’achèvera avec la sortie des étoiles (la nuit). (En Israël 20 mn après le coucher du soleil).

Bien que le jeûne ne débute qu’à l’aube, si quelqu’un se réveille en pleine nuit, il lui est interdit de consommer quoi que ce soit, si il n’a pas émis la condition verbale avant d’aller dormir « si je me lève avant le début du jeûne il me sera permis de m’alimenter.

Jeûner le 17 Tamouz

Tout le monde en bonne santé a le devoir de jeûner le 17 Tamouz, cette année le jeûne du 17 Tamouz tombera le dimanche 27 juin 2021.

nulle personne ne peut s’autoriser à manger sans problème de santé, ainsi elle s’associe à la peine de la destruction du temple.

un voyage à faire

Le jeûne du 17 Tamouz commence avant le lever du jour (72 mn avant le lever du soleil) et s’achève avec la sortie des étoiles (la nuit). (En Israël 20 mn après le coucher du soleil).

Une personne ayant un voyage à faire, ou un travail physique à réaliser, sera tenue de jeûner.

si quelqu’un se réveille en pleine nuit,

Bien que le jeûne ne débute qu’à l’aube, si quelqu’un se réveille en pleine nuit, il lui est interdit de consommer quoi que ce soit, s’il n’a pas émis la condition verbale avant d’aller dormir « si je me lève avant le début du jeûne il me sera permis de m’alimenter.

Si une personne doit aller chez le dentiste, 

Si une personne doit aller chez le dentiste, le jour du jeûne du 17 Tamouz ou le 9 Av, elle sera autorisée à se rincer la bouche,  toutefois ,faire attention de ne pas avaler d’eau lors du rinçage des dents.

Il est mentionné dans Zékharia,

Il est mentionné dans Zékharia, Chapitre 8, Verset 19 « Ainsi parle Hachem : Le jeûne du 4ème mois (17 Tamouz), le jeûne du 5ème mois (9 Av), le jeûne du 7ème mois (jeûne de Guédalia) et le jeûne du 10ème mois (10 Tévèt) se transformeront pour la maison de Yéhouda en jours d’allégresse et de joie, en fêtes de réjouissance ».

Selon la Torah, le mois de Nissan représente le 1er des mois de l’année.

Nous sommes confiants que cette prophétie se réalisera très prochainement, Amen

 

Une femme qui veut jeûner

Une femme qui veut jeûner mais à la condition que le mari l’aide à la maison (enfants …) celui-ci sera autorisé à prier chez lui, afin qu’elle puisse jeûner.

Anénou

Le jour du jeûne, dans la Amida nous intercalerons le texte de Anénou pour les jeûnes. On récite cette bénédiction, à la condition qu’il y a au moins six fidèles qui jeûne, l’officiant lui-même faire partie des six.

Si à la fin de la Amida, nous nous rendons compte que nous l’avons oublié, nous ne recommencerons pas la Amida.

 

עֲנֵנוּ י »י עֲנֵנוּ בְּיום צוֹם תַּעֲנִיתֵנוּ כִּי בְצָרָה גְּדוֹלָה אֲנָחְנוּ. אַל תֵּפֶן אֶל רִשְׁעֵנוּ וְאַל תַּסְתֵּר פָּנֶיךָ מִמֶּנּוּ וְאַל תִּתְעַלַּם מִתְּחִינָתֵנוּ. הֱיֵה נָא קָרוֹב לְשַׁוְעָתֵנוּ, יְהִי נָא חֲסְדְּךָ לְנַחֲמֵנוּ. טֶרֶם נִקְרָא אֵלֶיךָ עֲנֵנוּ, כַּדָּבָר שֶׁנֶּאֱמַר: « וְהָיָה טֶרֶם יִקְרָאוּ וַאֲנִי אֶעֱנֶה. עוד הֵם מְדַבְּרִים וַאֲנִי אֶשְׁמָע ». כִּי אַתָּה ה’ הָעוֹנֶה בְּעֵת צָרָה, פּודֶה וּמַצִּיל בְּכָל עֵת צָרָה וְצוּקָה:

« Réponds-nous, Hachem, réponds-nous-en ce moment et en ce temps car nous sommes en grande détresse. Ne détourne pas ta face de nous et ne repousse pas nos supplications car tu es, Hachem, un D-ieu miséricordieux et clément, répondant à l’heure de détresse, délivrant et sauvant à chaque heure de calamité [ainsi qu’il est dit] « Mais ils crièrent vers Hachem dans leur détresse, il les fit sortir de leurs angoisses. Béni sois-tu, Hachem qui répond à l’heure de détresse. »

 

Les personnes exemptées du jeûne du 17 Tamouz :

A) Ceux qui ont été testés positifs au Covid19 ne doivent pas jeûner,

B) Ceux qui, pour une raison ou une autre, doivent être en confinement, ne doivent pas jeûner,

C) certains décisionnaires déconseillent de jeûner le 17 Tamouz ou Ticha Béav  dans une année de pandémie

 

1) Un malade même sans danger, qui se sent faible, n’est pas obligé d’attendre que le médecin lui dise de manger, il est exempté de jeûner, de même un malade en convalescence et qui craint que le jeûne le refasse chuter, est exempté de jeûner,

2) Un malade déjà guéri mais qui se sent encore faible,

3) Les personnes dont le jeûne entraîne des douleurs aux yeux et leur provoque une grande souffrance,

4) Un malade qui à une température supérieure à 38 ° et qui est faible,

5) Une personne qui a de violents maux de tête,

6) Une personne qui souffre d’une gastro,

7) Une personne qui souffre d’une angine,

8) Une personne qui a du diabète au-delà du taux normal (180 à 200 mg), ou ayant un diabète non équilibré ou présentant des complications,

9) Les personnes atteintes d’une immunodépression congénitale ou acquise :

10) Une personne qui a la tension élevée,

11) Une personne qui souffre d’un ulcère,

12) Un malade du cœur, toutes personnes ayant des antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque,

13) Une personne qui souffre d’arthrose chronique,

14) Une personne qui souffre d’une infection pulmonaire, Les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale : (broncho pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment),

15) Les personnes atteintes de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins,

16) Les personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie,

17) Une personne qui souffre d’une infection rénale, Les personnes présentant une insuffisance rénale chronique dialysée,

18) Une personne qui souffre d’une infection urinaire,

19) Les personnes atteintes de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie), – Médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ; infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3,

20) Les personnes âgées de (75ans), dont le jeûne diminue leurs forces ou les affaiblis de façon significative,

21) Les personnes présentant une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2),

22) Les garçons âgés de moins de 13 ans et 1 jour, les filles âgées de moins de 12 ans et 1 jour, n’ont pas le droit de jeûner même 1 heure,

23) les femmes enceintes et même de moins de 40 jours de grossesse sont exemptées du jeûne du 17 Tamouz, même si elles ne souffrent pas, elles n’auront pas besoin de rembourser le jeûne et n’ont pas besoin de jeûner même quelques heures,

24) Les femmes qui allaitent et qui se trouvent dans les 24 mois après leur accouchement, même si la femme n’allaite plus l’enfant, mais se sent encore très faible (certains décisionnaires autorisent à manger systématiquement toute femme qui se trouve dans les 24 mois de son accouchement.)

 

Une personne autorisée à manger, veillera à ne consommer que ce qui lui est nécessaire pour sa santé, et non pas des gourmandises.

Une personne exemptée qui désire s’imposer le jeûne du 17 Tamouz

Une personne exemptée qui désire s’imposer le jeûne du 17 Tamouz

Il est important de rappeler que les personnes autorisées à manger et à boire ne doivent surtout pas jeûner, il faudra convaincre et empêcher avec tact, toute personne autorisée à manger désirant s’imposer le jeûne car elle n’est pas autorisée à le faire étant donné que sa santé passe avant.

Les Sages n’ont pas instaurés de jeûne pour les malades sans danger et il faut leur expliquer que leur santé passe avant le jeûne.

 

Une personne autorisée à manger, pourra manger n’importe quels aliments (Cacher).

même ceux qu’elle aime particulièrement. Il n’existe aucune restriction quant à la quantité.

Néanmoins, elle s’abstiendra de consommer des aliments qui ne sont pas indispensables pour vivre tels que des confiseries ou gourmandises.

Références : Rabbi Yossef Karo z.t.l et Rabbi Moché Isserlas z.t.l dans le Choul’han Aroukh section Ora’h Haïm Siman 616, Rabbi Haim Palagi  z.t.l dans son responsa Rouah Haim siman 616, Rabbi Nahman Kahana z.t.l. dans Orhot Haim Halakhot Yom Hakipourim Ot 15, Rabbi Ovadia Yossef z.t.l. dans Yéh’avé Daât volume 1 Siman 42.

 

Les femmes enceintes.

Dans nos générations les gens sont plus faibles que dans les anciennes générations, les femmes enceintes et même de moins de 40 jours de grossesse sont exemptées du jeûne du 17 Tamouz, même si elles ne souffrent pas, elles n’auront pas besoin de rembourser le jeûne et n’ont pas besoin de jeûner même quelques heures.

Une femme qui allaite.

Une femme qui se trouve dans les 2 ans après son accouchement :

a) Si elle allaite et qu’elle est en bonne santé, elle devra jeûner,

b) Si elle allaite et qu’elle se sent faible, elle devra jeûner quelques heures,

c) Si elle est très faible, elle ne jeûnera pas.

d) Si elle allaite la moitié du temps et l’autre moitié elle complète avec des laits synthétiques ou qui a arrêté d’allaiter, mais qui est très faible, ne jeûnera pas.

 

Une femme qui allaite et qui a une quelconque maladie, même sans danger ou une femme en bonne santé qui allaite son bébé malade, même sans danger et dont le médecin lui a dit que le jeûne engendrerait une quelconque faiblesse à l’enfant ou que le lait s’arrêterait, sera autorisée à manger pour son bébé, le strict nécessaire.

 

Fausse couche 

Une femme qui a fait une fausse couche après 40 jours de grossesse, sera exemptée, si c’est avant les 40 jours, il faudra demander l’avis au médecin, qui lui, décidera selon son état de santé si elle pourra jeûner ou pas mais, si elle se sent faible, elle n’aura pas besoin de demander au médecin, elle ne jeûnera pas et si on ne sait pas si c’est avant ou après les 40 jours, on la considérera comme la loi des 40 jours.         

Une femme qui a fait 2 fausses couches et qui est à nouveau enceinte et dont le médecin déconseille de jeûner, car elle risque de perdre le bébé, mangera même le jour de Tichâ Béav.

Une Mila le 17 Tamouz 

Quand le 17 Tamouz n’est pas repoussé au dimanche, si il y a une Mila le 17 Tamouz (qui tombe en son temps), le Mohel, le père de l’enfant, le Sandak ou encore un Hatan dans les 7 jours de son mariage, ont l’obligation de jeûner.

Quand le jeûne du 17 Tamouz tombe Chabbat et qu’il est repoussé au dimanche soit le 18 Tamouz,  par conséquent, seulement

  1. le H’atan dans les 7 jours de son mariage,
  2. le Mohel,
  3. le père de l’enfant,
  4. le Sandak,

Seront autorisés à manger après la moitié de la journée, environ vers 13h30 pour Israël, mais les autres personnes jeûneront.

Mais s’il y a dans la synagogue une coutume de jeûner ont devra suivre la tradition de l’endroit.

Prendre des cachets

Il sera permis de prendre avant le jeûne des cachets qui aident au jeûne, “ Tsom Kal ”

Se laver la bouche pendant le jeûne

A priori, le jour du jeûne on ne se lavera pas la bouche, mais une personne qui ne supporte pas, sera autorisée à le faire même avec du dentifrice, à condition de ne pas mettre un Réviît dans la bouche (86g d’eau) et à condition de ne pas avaler l’eau et de bien baisser la tête afin que l’eau n’aille pas au fond de la gorge.

fumer pendant le jeûne du 17 Tamouz :

Bien qu’en général il est déconseillé de fumer.

Le jour du 17 Tamouz (ainsi que les autres jeûnes, sauf Yom Kippour) il sera autorisé de fumer, mais en discrétion, si on ne peut pas se passer de la cigarette.

Cependant, il est interdit de mâcher du chewing-gum, par contre si celui-ci n’a pas de goût, on pourra le mâcher.

Les soldats et les gardes de sécurité

Les soldats et les gardes de sécurité qui pourraient être affectés à une mission le jour du jeûne du 17 Tamouz auront, en raison de chaleurs excessives, la permission de boire comme d’habitude, afin qu’ils puissent exercer correctement leurs fonctions.

Mal de tête

Les personnes qui souffrent d’un petit mal de tête, pourront prendre un cachet qui n’a pas bon goût :  dans un premier temps, il faudra essayer de l’avaler sans eau, mais si ce n’est pas possible, il sera autorisé de prendre un petit peu d’eau  : nous avions bien mentionné qu’un violent mal de tête rend exempt du jeûne.

les 3 semaines de deuil

Du 17 Tamouz jusqu’au 9 Av au soir, du jeudi 27 juin 2021 au dimanche 18 juillet 2021 au soir soit 22 jours, nous rentrons dans la période de Ben Hamétsarim, (les 3 semaines de deuil).

Nous devons réduire au maximum les marques de joies et de festivités. (Nous expliquerons les détails de ces lois Bézrat Hachem).

Il s’agit ici de coutumes, respectables, mais qui varient suivant les communautés et les traditions.

N’oublions jamais que le but de ces pratiques est de nous aider à faire Téchouva, de demander à Hachem de nous apporter son Machiah et aussi nous rappeler l’unité du peuple d’Israël, ce qui est l’essentiel.

Les périodes de violences

Le deuil du 17 Tamouz jusqu’au 9 Av, rappelle aussi, toutes les longues périodes de violences et de cruautés organisées contre les Juifs à travers l’histoire.

Il est d’ailleurs incroyable de noter que selon la tradition, de nombreux événements tragiques se déroulèrent précisément pendant cette période :

  1. La destruction des deux Temples,
  2. Expulsion des Juifs d’Angleterre en 1290,
  3. Extermination des juifs par les croisés,
  4. Expulsion des Juifs de France par Philippe 4 en 1306,
  5. Expulsion des Juifs d’Espagne en 1492,
  6. Décret de l’expulsion par les rois Catholiques d’Espagne,
  7. L’annonce de la 1ère et 2ème Guerre mondiale…

Cette période fut donc des semaines douloureuses et terribles pour le peuple d’Israël.

C’est pour cela que pendant cette période, nous avons la tradition de marquer un arrêt de réflexion par certaines restrictions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR