Une ambiance influence pour 1000 ans !

Éduquer son enfant, c’est avant tout voir l’avenir.

En effet, lorsqu’Essav a proposé à Yaacov de venir avec lui, celui-ci a décliné la proposition en répondant: « Les enfants sont fragiles, tendres ». Pourtant, le plus jeune de ses enfants, Yossef, avait déjà 9 ans ! Alors que veut dire Yaacov lorsqu’il parle de « yéladim rakim (enfants tendres) » ?

Le Midrash explique que ces mots désignent Moché et Aharon.

Comment comprendre cet étonnant commentaire ? Ces hommes n’ont il pas, en effet, vécu plusieurs centaines d’années après Yaacov Avinou ? Et, dans le Midrash, certains disent même que les mots « yéladim rakim » désignent Mordékhaï (qui a vécu encore bien après Moché et Aharon !) ! Qu’est-ce que tout cela signifie ?
En fait, Yaacov savait que s’il fréquentait trop Essav, il pourrait lui-même résister à sa mauvaise influence; mais sa descendance, par contre, en serait affectée.
Si Yaacov avait choisi de vivre avec Essav, lui-même aurait pu en sortir indemne. Mais sa descendance (Moché, Aharon, Mordékhaï…) n’aurait pas pu atteindre un niveau spirituel aussi élevé que celui auquel elle est arrivée justement parce qu’il s’est préservé de ce genre de fréquentations.
Il faut donc toujours veiller aux choix de nos amitiés et aux endroits que nous fréquentons. Car s’ils ne sont pas bons, il se peut que nous-mêmes nous ne subissions pas de dommages. Par contre, cela aura forcément un impact sur nos descendants.
Il existe, en effet, au niveau de l’inconscient et de l’âme, des influences très fines, qui peuvent agir sur des générations et des générations, et continuer d’avoir de l’impact même des milliers d’années plus tard…
Un Juif se doit donc d’organiser son existence. De construire un patrimoine spirituel, intellectuel et émotionnel, qui va générer des générations de tsadikim.
Pour montrer à quel point la force de l’influence est énorme, voici un exemple:

Il est dit que lorsque les femmes de Essav faisaient de la avoda zara (de l’idolâtrie), cela dérangeait plus Itshak que Rivka. Pourquoi? Parce que Rivka avait, durant les trois premières années de sa vie, grandit dans une maison où la avoda zara était pratiquée. Pourtant, lorsque les femmes de Essav faisaient de la avoda zara, Rivka avait déjà 63 ans ! Cette histoire se passe donc près de 60 ans plus tard ! Et pourtant, même au bout de tellement d’années, Rivka était encore sous l’influence de l’idolâtrie pratiquée dans sa famille (dans laquelle elle n’était restée que trois ans, que durant les trois premières années de sa vie !).

Par conséquent, être Juif, c’est construire une façon d’exister qui non seulement élabore la grandeur du Juif lui-même, mais qui crée une atmosphère spirituelle permettant de construire un patrimoine spirituel qui sera parfait pendant des millénaires.
Être Juif, c’est donc s’inscrire dans l’éternité.

Télécharger

Vous devez avoir un plan d'abonnement pour accéder aux téléchargements. J'ai déjà un compte | Abonnez-vous maintenant

Tags

Tags: ,

Dernières vidéos dans cette catégorie

Dernières vidéos de ce rabbin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *