כ׳ באב ה׳תשפ״ב

Aide ton ami et le Ciel t’aidera !

Aide ton ami et le Ciel t’aidera !
Par Rav Yonatan Chocron

Dans la paracha de Chémot, Moché va commencer à sauver les Bné Israël. Et la Torah nous dit:

ויגדל משה ויצא אל אחיו וירא בסיבלותם (Moché a grandi, il est sorti vers ses frères et a vu leur souffrance).

Moché a vu combien les Bné Israël, asservis par les Égyptiens, souffraient.

A ce sujet, Rachi dit: « נתן עיניו וליבו להיות מיצר עליהם ».

Cela signifie que Moché a donné ses yeux et son cœur pour souffrir avec les Bné Israël. Il a accordé beaucoup d’intérêt à leur souffrance, il a pris à cœur le fait qu’ils étaient asservis durement, et avec beaucoup de méchanceté, par les Égyptiens.

Au même moment, Pharaon ayant entendu que Moché a tué un Égyptien (il s’agissait en fait d’un Égyptien qui battait un Juif à coup de fouets, et que Moché a tué pour sauver ce dernier) a voulu le mettre à mort. Mais lorsque son bourreau a voulu frapper Moché à la nuque avec son épée, la nuque de Moché est devenue comme du granit, et c’est le glaive qui s’est cassé.

Ceci illustre un principe fondamental: celui qui apporte son aide à son prochain sera lui-même protégé par Hachem.

L’histoire suivante rappelle aussi cette idée:

Un jour, deux New-yorkaises étaient en Israël, et s’apprêtaient à entrer au restaurant Sbaro, situé ré’hov Yaffo. Les apercevant, une serveuse s’approcha d’elles, et leur proposa de revenir dans une heure, au lieu de rester à attendre que des places du restaurant (qui était alors plein) se libèrent.

Les deux américaines sortirent donc du restaurant, et commencèrent à se promener ré’hov Yaffo. Mais à peine avaient-elles fait quelques mètres qu’elles entendirent un énorme bruit d’explosion: un attentat (qui a fait des dizaines de blessés et des dizaines de morts) venait d’avoir lieu dans le restaurant où elles se trouvaient quelques minutes auparavant! Et elles en avaient été sauvées grâce à la serveuse, qui leur avait proposé de revenir dans une heure… Mais, au fait, qu’était donc devenue cette dame ?

Les deux jeunes-filles coururent au restaurant, se renseigner sur son état, et elles apprirent qu’elle était encore vivante, mais qu’elle devait être d’urgence transportée à l’hôpital, car elle avait été gravement blessée…

Depuis ce jour, les jeunes-filles cherchèrent à avoir des nouvelles de la dame. Elles apprirent finalement que sa vie n’était plus en danger, mais qu’elle devait faire quelques chirurgies plastiques. Elles lui proposèrent alors de venir en Amérique, où de nombreux hôpitaux s’occupaient de cela, et lui dirent: « Reste en contact avec nous! Avertis-nous lorsque tu viendras, et on s’occupera de toi! ».

Des années plus tard, la serveuse israélienne avertit les deux New-yorkaises sur de sa venue imminente en Amérique, pour faire les diverses chirurgies esthétiques qu’elle avait besoin de faire suite aux dégâts causés sur elle par l’attentat.

Les deux jeunes-filles étaient très heureuses de pouvoir enfin rendre service à cette dame qui leur avait sauvé la vie. Aussi, c’est avec plaisir qu’elles allèrent l’accueillir à l’aéroport, et qu’elles l’amenèrent dans l’hôpital où elle pourrait le mieux être soignée, même s’il fallait pour cela parcourir une longue distance, et se libérer un peu de leurs obligations professionnelles. C’est sans hésiter qu’elles prirent quelques heures de congé, pour pouvoir pleinement rendre service à celle qui les avait sauvées.

Et c’est justement pendant ces quelques heures, où elles ont fait les efforts nécessaires pour se libérer de leur travail, afin de pouvoir manifester leur gratitude à celle à qui elles devaient tant, qu’eurent lieu les horribles attentats du 11 septembre 2001.

Et ces jeunes-filles travaillent justement…dans les Tours Jumelles!

L’aide qu’elles ont apportée à cette dame leur a donc sauvé la vie.

Au moment où elles l’amenaient à l’hôpital pour lui rendre service, les Tours Jumelles dans lesquelles elles se trouvaient habituellement à cette heure-là-haut étaient en train de s’effondrer, suite aux terribles attentats…
L’enseignement que nous pouvons tirer de cette histoire est que, lorsque le fait de rendre service demande des sacrifices, on n’en a  pas toujours le temps, la force et l’envie.

Mais parfois, Hachem nous donne ces occasions d’aider notre entourage pour que nous soyons, par ce mérite, protégés de malheurs ou, au contraire, comblés de berakhot !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR