י״ט באב ה׳תשפ״ב

Déjouer le yetser hara

Déjouer le yetser hara
Par Yossef Aflalo

On raconte qu’un jour, dans une grande Yéchiva de Jérusalem, d’environ 600 élèves, des vols à répétition avaient lieu chaque jour dans  les dortoirs, et cela causait beaucoup d’amertume aux élèves. La direction de la Yéchiva et les élèves avaient tenté plusieurs fois de démasquer les coupables, mais sans jamais parvenir au moindre résultat.

Après une longue période, ils conclurent que le voleur était l’un des élèves de la Yéchiva car tous les indices prouvaient que le voleur connaissait chaque détail sur les lieux (les horaires, les habitudes de chacun…). C’était, sans aucun doute, un habitué des lieux, et donc un talmid de la Yéchiva.
Le Roch Yéchiva décida alors d’aller rencontrer le mékoubal haéloki, Rabbénou Its’hak Kadouri zékher tsadik vékadosh livrakha, et de lui exposer le problème. Peut-être que le Rav, par roua’h hakodesh (esprit prophétique), pourrait trouver une solution pour démasquer le voleur…
Rav Kadouri, après avoir écouté le Roch Yéchiva, demanda qu’on écrive le nom de chaque élève sur un petit carton.
Après que tous les noms aient été écrit, Rav Kadouri et les Rabbanim de la Yéchiva s’approchèrent du hékhal, et le Rav demanda qu’on lui apporte une grande marmite remplie d’eau chaude et d’huile d’olive. Il prit tous les petits cartons et les jeta dans la marmite, quand soudain tous les cartons s’enfoncèrent dans la marmite… sauf un, qui flottait en surface!
Rav Kadouri demanda aux Rabbanim de prendre ce papier, et d’y lire le nom qui y était inscrit, car il s’agissait bien du nom du voleur tant recherché.
Tous les Rabbanim présents furent impressionnés par la méthode utilisée par Rav Kadouri pour démasquer le coupable.
Lorsque le Roch Yéchiva découvrit le nom de l’élève inscrit sur le carton, son visage s’assombrit: comment agir maintenant ? Comment ne pas attirer l’attention, et éviter la honte à un élève ? Mais, d’un autre côté aussi, comment récupérer tout ce qui avait été volé ? Un véritable dilemme…
Le Roch Yéchiva eut l’idée de convoquer l’élève pendant les heures de cours, afin que personne ne puisse se douter de quoi que ce soit. La discussion fut longue mais, grâce à sa ´hokhma, le Rav aborda le problème du vol, et il tint les propos suivants:
« Chacun d’entre nous sommes victimes du yétser hara. Chacun à son niveau. Le yétser hara a pour mission de faire trébucher l’homme dans ce monde-ci. Mais Hakadosh baroukh Hou, Lui, n’attend de nous qu’une seule chose: que nous fassions téchouva. »
Grâce à cette vérité et à cette sincérité du Rav, le Talmid ne tarda pas à avouer ses méfaits, et prit sur lui de se repentir et -bien sûr- de restituer tous les objets volés.
« Barati yétser hara, barati Torah tavline »: même si, effectivement, Dieu a créé le yétser hara, il n’en reste pas moins que le remède à lui aussi été créé. L’antidote a été créé ! La Torah et la téchouva sont les remèdes contre le yétser hara. Et c’est cela que Dieu attend de nous.

Autres vidéos du même thème

Un serpent pour faire techouva

Le respect de la veuve et de l’orphelin

La force d’une petite mitsva

Une page de Talmud pour l’éternité

Un Chabbat à Amsterdam

Paracha Réé : Sauvé in extremis !

Il sauve un enfant sans le savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR