כ׳ באב ה׳תשפ״ב

La néchama de l’homme est pure

La néchama de l’homme est pure
Réflexion sur Ticha Béav et la guéoula par Yossef Aflalo

Le jour de Ticha Béav, nous récitons la Méguilat Ekha, les lamentations du prophète Jérémie.

Le peuple juif a été exilé, rejeté de Jérusalem :

« חטא חטאה ירושלים על כן לנידה היתה »

Jérusalem a grandement fauté, elle est devenue un objet de répulsion.

Il est étrange de constater que le Am Israël, durant son histoire, va subir autant de persécutions. Des malheurs qui s’abattent sur lui : pogroms, Inquisition, Shoah, Intifada, antisémitisme virulent de tout bord, antisionisme… D.ieu ne réserve à aucune autre nation du monde un tel traitement.

Les nations seraient-elles indemnes de toute faute ? Le peuple juif serait-il l’incarnation du mal dans le monde, la source de toutes les fautes ? Bien évidemment, non.

Il existe une différence fondamentale entre Israël et les soixante-dix nations : Israël a été choisi par D.ieu, et a reçu l’ultime mission de Le révéler, d’instaurer Son règne dans le monde.

À ce titre, le peuple juif est le représentant de D.ieu sur la terre. Il a reçu la Torah, a vécu les miracles depuis la sortie d’Égypte pendant quarante ans dans le désert. Il a vu de ses yeux la Chekhina au Beth Hamikdach.

D.ieu considère Israël comme un fils. Et quand ce dernier faute, il se montre plus regardant et plus exigeant à son égard.

La tradition nous enseigne qu’il existe deux catégories de fautes : le heth, un acte involontaire, non-désiré ; et le avone, un acte prémédité et délibéré.

Pourtant, le prophète Jérémie, se lamentant sur les iniquités d’Israël déclare :  » חטא חטאה ירושלים (Jérusalem a fauté involontairement, sans préméditation) « .

Lorsque le peuple juif transgresse la volonté divine, il ne le désire pas vraiment. Car au fond de lui-même, dans son intériorité, se révèle sa véritable dimension de pureté et d’attachement à D.ieu. Ses fautes sont toujours occasionnelles, fortuites, détachées de son essence, qui -elle- est pure.

À Ticha Béav, le prophète Jérémie nous invite à cette réflexion : Chaque Juif dispose d’une néchama pure.

À chacun d’entre nous de l’utiliser à bon escient !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Aller au contenu principal
Espace Torah

GRATUIT
VOIR